Un rossignol à Düsseldorf…

Jetzt ist sie eine Nachtigall

Nacht um Nacht höre ich sie

im Garten meines schlaflosen Traumes…

**
Maintenant elle est un rossignol

Nuit après nuit je l’entends

dans le jardin de mon rêve dans sommeil…

Meine Nachtigall, mon rossignol

https://www.lyrikline.org/de/gedichte/meine-nachtigall-547

***

https://griot-verlag.de/rose-auslaender-wirf-deine-angst-in-die-luft.html

C’est autour d’un gâteau aux framboises et au müsli que Eva-Susanne Ruoff et Jan Rohlfing m’ont reçue le lendemain de mon arrivée à Düsseldorf, dans leur merveilleuse maison non loin de Ratingen, dont l’immense séjour accueille aussi des concerts privés.

La divine table…

La grande baie vitrée donne sur un parc centenaire, abritant saules et nénuphars. Avec bienveillance et une incroyable modestie, ce couple d’artistes à l’aura indéniable s’est donc confié au sujet du magnifique projet de “Wirf Deine Angst in die Luft”, (“Jette en l’air ta peur”) , qui a donné naissance, après deux années de préparation et de travail, à ce CD comprenant un “Hörbuch” – un livre-audio- et une plaquette; sortie en 2018, lors du vingtième anniversaire de la disparition de Rose Ausländer, cette production s’est hissée immédiatement en tête des ventes, jusqu’à devenir meilleure nouveauté de l’année 2018 avec le premier prix hr2/ARD et à être nominée pour le prix de la critique du disque en Allemagne, avant d’être hébergée, parallèlement à sa parution dans la maison d’édition Griot, par la “guilde Gutenberg”, un portail internet rassemblant l’essentiel de la littérature des pays de langue germanique.

https://www.buechergilde.de/detailansicht/items/wirf-deine-angst-in-die-luft_22646X.html

Oui, voilà notre Rose joyeusement célébrée outre-Rhin, grâce à la persévérance et au talent de Jan Rohlfing, un artiste passionné aux multiples casquettes, puisque ce Rhénan, bercé par le jazz et par les standards du rock des seventies, après avoir vécu plusieurs années à New York et LA, et après avoir fondé une école de batterie et son propre studio d’enregistrement, se partage entre ses compositions personnelles, son travail d’enseignant, des participations à des projets prestigieux et une vie de famille: sa compagne tout aussi talentueuse, violoncelliste et concertiste, a d’ailleurs aussi largement porté le projet Ausländer…

L’image contient peut-être : 2 personnes, personnes souriantes, personnes debout, arbre, plein air et nature
Susanne et Jan

La création de ce “Hörbuch” va d’ailleurs bien au-delà de la simple mise en musique des textes de Rose Ausländer, et c’est aussi ce qui transparaît à la fois lors des multiples concerts donné par l’orchestre de chambre portant le projet – composé de neuf musiciens – et dans le succès du CD; car on retrouve dans ce travail non seulement la modeste magnificence des textes de la poétesse, considérée en Allemagne comme l’une des voix majeures de la poésie du vingtième siècle, mais aussi tous ces thèmes d’une brûlante actualité que sont l’idée de la patrie, de l’identité et de la langue maternelle perdues, de l’exil, des réfugiés…

Verwundert

Wenn der Tisch nach Brot duftet

Erdbeeren der Wein Kristall

denkt an den Raum aus Rauch

Rauch ohne Gestalt

Noch nicht abgestreift

das Ghettokleid

sitzen wir um den duftenden Tisch

verwundert

daß wir hier sitzen

**

Émerveillés

Quand la table sent bon le pain

des fraises le vin un cristal

pensez à la pièce aux fumées

fumées sans visages

le vêtement rayé du ghetto 

pas encore ôté

nous sommes assis autour de la table parfumée

émerveillés

d’être assis ici

https://www.lyrikline.org/de/gedichte/verwundert-548

L’idée n’était pas cependant de composer uniquement autour de la Shoah, même si Rose Ausländer a bien évidemment fait partie des survivants de l’Holocauste et si cette thématique émerge souvent en filigrane de ses poèmes, car la réduire à cette césure de la Shoah ne rendrait pas hommage à l’immensité de son oeuvre si variée et protéiforme. C’est pourquoi le travail de Jan Rohlfing s’est articulé autour de toute la vie et de toute l’oeuvre de la poétesse, les 56 plages du CD, qui alternent entre voix et compositions musicales, balayant l’intégralité du parcours de Rose, de sa naissance à Czernowitz, en Bucowine, à sa fin de vie dans la maison de retraite Nelly Sachs à Düsseldorf.

Le Foyer Nelly Sachs en 2019

Au fil de notre entretien agréablement ponctué par les sourires des trois enfants du couple qui reviennent de l’école en ce dernier jour de classe, Jan insistera sur la connivence qui s’est peu à peu créée entre la poésie et la musique, une réelle symbiose étant nécessaire afin de mettre en valeur les mots de Rose, qu’ils parlent de l’innocence de l’enfance, des noirceurs de la Shoah ou de la pureté de l’amour. En sept chapitres ponctuant le parcours de celle que Celan nomma la “Rose de personne” (die Niemandsrose), c’est ainsi toute la richesse littéraire et humaine du paysage ausländerien qui se dévoile durant l’écoute de ce CD – ou des concerts -, la musique et les mots interagissant en chiasmes parfaits, donnant naissance à  un nouvel univers osmotique qui fait toute la particularité de cette oeuvre poético-musicale.

Jan m’explique que chaque texte a donné lieu à un travail intense, le lyrisme de Rose se faisant, après la rupture de l’exil et ses poèmes anglais, de plus en plus elliptique, et combien il fut difficile d’inventer des notes en harmonie avec ces vers si minimalistes. Il cherche les partitions afin de me montrer quelques exemples, et ce n’est pas sans émotion que je découvre la genèse de ce travail que j’avais déjà écouté avec bonheur depuis Toulouse.

Ce livre-audio, qui a d’ailleurs été commandé spécialement par la Rose Ausländer Gesellschaft, inspirée par le travail précédemment réalisé par la “diseuse”, lectrice et comédienne Alicia Fassel, en coopération avec Susanne Ruoff-Rohlfing et le musicien lui-même autour d’autres textes poétiques de Else Lasker-Schüler et d’autres auteurs, n’existerait pas sans la voix extraordinairement profonde d’Alicia, qui semble porter chaque poème au fil de tessitures différentes.
https://griot-verlag.de/assets/medien/hoerproben/Rose%20Auslaender%20Ich%20bin%20mit%20jedem%20Du%20verwandt.mp3

https://www.nurgutebuecher.de/Buecher/Hoerbuecher-und-Musik/Literatur-zum-Hoeren/Rose-Auslaender-Wirf-deine-Angst-in-die-Luft.html

(cliquer sur Hörprobe)
Alicia aime avant tout la musicalité propre à chaque poème de Rose. Et elle arrive à moduler ainsi les différentes variations de la vie et de l’oeuvre de notre poétesse, leurs deux voix rejoignant ainsi l’intime de la création et l’universel de la Shoah, tantôt chorégie rassemblant toute l’humanité, tantôt solo imprégné des unicités de Rose.

Chaque plage s’ouvre sur une lecture de texte, et le silence des pauses, si important pour que l’auditeur s’imprègne de l’anastomose entre lyrisme et musique, s’ouvre ensuite sur les compositions qui varient entre la profusion instrumentale de certains titres et le minimalisme d’autres plages plus épurées. Et l’on se sent transporté aux confins de la Mitteleuropa au rythme des accents yiddish rappelant des violons de Chagall, puis, dans le staccato new yorkais des cuivres et de la batterie, on plonge, au son des notes jazzy rappelant l’exil, dans l’humeur chaloupée de l’outre-atlantique avant de se recueillir dans l’atmosphère feutrée et mono instrumentale des textes tardifs de la poétesse, passant ainsi, au gré des arrangements de Jan Rohlfing, par les mille émotions procurées par cette vie d’artiste.

Pour naviguer entre les différentes parties des poésies orchestrées, ce tableau permet de s’orienter entre les textes:
https://www.discogs.com/fr/Rose-Ausl%C3%A4nder-Gelesen-Von-Alicia-Fassel-Mit-Originaleinspielungen-Von-Rose-Ausl%C3%A4nder-Und-Musik-Vo/release/12433050

C’est d’ailleurs la propre voix de Rose Ausländer qui ouvre et conclut ce parcours, puisque des enregistrements effectuées par son ami et éditeur Helmut Braun permettent d’entendre cette voix quelque peu rocailleuse, grave et aux “r” tendrement roulés, que je vous offre ici au gré d’un autre enregistrement, dans lequel elle lit justement Else Lasker Schüler:

Ainsi, Rose est présente, par ses textes, par sa voix, par ses silences, accompagnant la musique et l’auditeur, évanescente et pourtant si réelle encore de par la puissance de son message.

Le 27 janvier 2019, lors d’un concert donné par l’ensemble Jan Rohlfing dans la Maxhaus à Düsseldorf à l’occasion de la Journée internationale dédiée aux victimes de l’Holocauste, Herbert Rubinstein, un survivant né, comme Rose, à Czernowitz, fera sourire avec émotion l’assemblée en disant:

“Madame Ausländer a écouté le concert depuis le ciel et cela lui a beaucoup plu”… 
https://www.maxhaus.de/veranstaltungen/Rose-Auslaender-Wirf-deine-Angst-in-die-Luft…/

Jan Rohlfing me raconte cette anecdote en m’expliquant l’atmosphère spéciale qui règne lors des concerts, qu’ils soient donnés dans des lieux de mémoire ou dans l’intimité de la maison de Derendorf, en insistant sur la réception multiple de la poésie mise en musique par différents publics, puisque le vecteur instrumental permet un tout nouveau rapport au texte initial. Et les propres enfants du couple, qui baignent dans la poésie de Rose depuis plus de deux ans, offrent parfois des pépites amusantes à leurs parents, tel l’un d’entre eux qui, voyant le lilas en fleurs dans le jardin familial, s’exclama au printemps “Der Flieder duftet uns jung”… – le lilas nous parfume en enfance… !

Pourtant, durant cette cérémonie, alors même que des représentants des communautés juives et tsiganes faisaient mémoire, des croix gammées étaient taguées sur le bâtiment…

https://www.nrz.de/staedte/duesseldorf/verbandsschild-der-sinti-und-roma-mit-hakenkreuz-beschmiert-id216313603.html

Car les actes antisémites se multiplient outre-Rhin comme dans l’Hexagone et en Europe…

Voilà pourquoi je suis en route sur les traces de Rose, et voilà pourquoi les projets autour de son oeuvre font doublement sens, tant au niveau de son lyrisme que de l’engagement envers le devoir de mémoire…

Je vous invite à vous procurer le CD via les liens mis en parallèle avec le début de mon texte, et/ou à aller écouter Jan et son ensemble si vous êtes en Allemagne. Enfin, si ce petit texte arrive aux oreilles de l’Institut Goethe, de la Mairie de Toulouse ou d’autres institutions, je serais ravie que notre ville et notre région puissent inviter les Toulousains à venir écouter en “life” les délicieuses notes de ce projet, si nous invitions justement Jan et les musiciens à Toulouse pendant l’une de nos manifestations…. ( Je précise qu’il est un peu onéreux de faire déplacer les neuf membres de l’orchestre, d’où la perche que je tends ici, ne pouvant moi-même inviter ces artistes…)

Pour retrouver les dates de leurs concerts en Allemagne, ainsi que toutes les activités de Jan Rohlfing:

http://janrohlfing.com/

Voilà ce que Jan écrit sur son mur Facebook après notre rencontre:

Jan Rohlfing est avec Sabine Aussenac.

12 juillet, 16:06 · 

« Besuch aus Toulouse! 
Die Bloggerin und Autorin Sabine Aussenac hat uns gestern die Ehre gegeben. Sie ist extra aus Toulouse angereist um u.a. uns zu besuchen, über Rose Ausländer, ihr Leben und Schaffen und nicht zuletzt die Musik zu sprechen. Ihre Studien stehen in Zusammenhang mit einem Roman, den Madame Aussenac über Rose Ausländer schreiben wird, sowie mit einem Interview mit mir in meiner Funktion als Komponist. Es war ein sehr angenehmes Treffen und wir freuen uns auf ein Wiedersehen! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s